// Statfoot.be - Toutes les statistiques des joueurs de football belges - Compte rendu - Journée du 4/12/95: Seraing – Saint-Trond : 1-2 // //

twitter-iconfacebook-icon

Actualité
: (07/11/14) Communication des Comités Provinciaux
: (09/03/14) Publication de l'article "Il n’y a plus assez de Georges Lambert sur nos terrains"
: (20/10/14) LETTRE OUVERTE AU MONDE DU FOOTBALL AMATEUR, AU MONDE POLITIQUE ET A TOUS LES AMOUREUX DU FOOTBALL."
: (28/04/14) Publication de l'article "Un pur Anderlechtois devenu supporter du Standard !"
: Suivez notre actualité sur Facebook (www.facebook.com/Statfootbe) et Twitter (@statfoot_be)
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Compte rendu - Journée du 4/12/95: Seraing – Saint-Trond : 1-2

 

 

SOURCE : LE JOUR-LE COURIER

 

Arbitre : M. Meese

 

Ass : 3.000

 

C.J : Debusschere – Petersen -

 

Buts : Vanmarsenille (12’,0-1) – Abeels (25’,0-2) – Swerdtfegers (71’,1-2) –

 

Seraing : Beeken – Kimoni – N’Gombo (86’, Crapa) – Ducoulombier – Dubusschere – Carlos (46’, Wamberto) – Swerdtfegers – Teppers – Miceli (67’, Vandenbergh) – Lawarée) Edmilson –

 

Saint-Trond : Houdenaert – Voets – Nwanu – Balog – Molnar – Abeels -          Petersen (53’, Costoulas) – Coenen – Curto – Vanmarnille (53’, Nys) -                                  Van Houdt (91’, Kindtner) –

 

Le coup de pied de l’âne

 

Battu par un très modeste Saint-Trond au Pairay, Seraing a réalisé la mauvaise opération du week-end dans le bas du tableau. Manu Ferrera en tête, les Sérésiens dénonçaient vigoureusement une bourde de M. Meese, et ils n’avaient pas tort. Ils feraient toutefois erreur en ne poussant pas l’analyse jusqu’à leurs incroyables flottement défensifs de samedi.

 

   En pleine tournée, Saint Nicolas avait fait halte, samedi soir au Pairay, pour connaissance de la lettre des supporters de Seraing. Leur commande : un panier plein de points, pour assurer le sauvetage du club cher (dans tous les sens du terme) au président Blaton . Un sauvetage qui reste dans l’ordre du possible, certes, mais qui, au terme de leur défaite face à un Saint-Trond limité et au jeu plus que rudimentaire, devient quand même fort problématique pour les Sérésiens.

 

M. Meese persiste

 

Manu Ferrera et les siens auraient dû prendre garde, avant le coup d’envoi, au fait que Saint Nicolas est souvent accompagné de … son âne. Un quadrupède personnifié,  samedi, par M. Meese. Qu’on nous pardonne la métaphore, mais l’homme en noir, ou plutôt en vert, mérite cent fois le bonnet d’autrefois, dans les classes bien tenues, aux cancres invétérés. Car il n’y avait que lui à voir, dans un dégagement complètement loupé de N’Gombo – Un dégagement à l’image de la prestation désastreuse du Zaïrois au poste de libéro – une passe en retrait vers Beken. Le substitut de Heinen, qui jouait sa première rencontre sous les couleurs sérésiennes, s’empare du ballon, et M. Meese, comme il avait fait une semaine plutôt, dans des circonstances tout aussi troubles, au détriment de la défense molenbeekoise, accordait un coup-franc indirect dans le rectangle.  « Un coup-franc plus favorable que celui reconnu aux Anderlechtois. Car le ballon était ici plus loin du but. Pratiquement immanquable, quoi… » pestait Manu Ferrera après la partie. Immanquable, en effet : Vanmarsenille ne pouvait louper pareille aubaine (0-1,12’).

 

   Groggy, Seraing ne réagissait que par à-coup. Avec notamment un raid rageur de Miceli. Mais, derrière, la défense bayait aux corneilles, malgré l’agressivité pas toujours intentionnée de Debusschere : une perte de balle de Kimoni au profit d’Abeels, en milieu de terrain et, deux temps trois mouvement, via Coenen, Vanmarseville complètement esseulé à droite, et Abeels à nouveau, les « Kanaries » ramenaient le ballon… dans le but de Beeken (0-2,25’). Saint-Trond prenait sur la victoire une option que Houdenaert préservait, jusqu’au repos, en contrant Miceli venu à sa rencontre, en repoussant une tête à bout portant d’Edmilson, ou encore en laissant filer à côté un bon envoi de N’gombo.

 

Double fracture pour Vanmarsenille !

 

   La reprise allait débuter sur un drame : une contre- attaque de Saint-Trond rapidement menée, et Vanmarsenille, au moment de tirer de l’extérieur du pied, était conté par Kimoni, sans la moindre faute du Sérésien. L’attaquant trudonnaire s’écroulait, victime d’une fracture du tibia et du péroné, et prenait directement le chemin de la clinique du bois de l’Abbaye toute proche ! Au même instant, Petersen, touché aux côtes et qui venait de solliciter son remplacement, quittait lui aussi le jeu.

 

Privé de deux éléments de base, en plus de Nielsen, encore au repos pour dix jours, Saint-Trond n’avait sans doute déjà pas besoin de cela pour bétonner- « j’en suis désolé, mais dans notre position, seuls, les points comptent. Face à Malines ou au RWDM, nous avons fait le jeu au Staaienveld, pour nous retrouver à chaque fois battus » plaidait Guy Mangelschots - se repliait massivement devant son rectangle. Avec Nwanu pour tour de contrôle. Mais dans quel style : de longs coups de botte en avant, pour personne. Ou alors carrément au-dessus de la tribune ! « Nous n’avons pas ménagé nos efforts. Mais percé un double mur défensif, mais ce n’était pas évident », soupirait un Axel Lawarée complètement effacé samedi. La seconde période, disputée pratiquement dans un camp, n’allait pas rapporter une seule occasion aux joueurs de Manu Ferrera. Car le but magnifique, de Swerdtfegers, sur une talonnade remarquable d’Edmilson (1-2,71’) ne procédait nullement d’une occasion bien construite. Il est vrai que, devant, les sérésiens, renforcés( ?) offensivement par la montée au jeu de l’inconsistant Wamberto, s’écrasaient allègrement les nougats. Pauvre Saint Nicolas, qui n’a pu apporter au Pairay ce qui lui était demandé, et qui a vu ses friandises ainsi piétinées…

 

                                                                                                                   Phi.Le.

Laissez un commentaire

Veuillez remplir tous les champs obligatoires (*) svp !

statfoot.be | Website by Siteweb-Service