// Statfoot.be - Toutes les statistiques des joueurs de football belges - Compte rendu - Journée du 17/04/2000: Stavelot – Xhoffraix : 2-0 // //

twitter-iconfacebook-icon

Actualité
: (07/11/14) Communication des Comités Provinciaux
: (09/03/14) Publication de l'article "Il n’y a plus assez de Georges Lambert sur nos terrains"
: (20/10/14) LETTRE OUVERTE AU MONDE DU FOOTBALL AMATEUR, AU MONDE POLITIQUE ET A TOUS LES AMOUREUX DU FOOTBALL."
: (28/04/14) Publication de l'article "Un pur Anderlechtois devenu supporter du Standard !"
: Suivez notre actualité sur Facebook (www.facebook.com/Statfootbe) et Twitter (@statfoot_be)
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Compte rendu - Journée du 17/04/2000: Stavelot – Xhoffraix : 2-0

 

SOURCE : LE JOUR-LE COURIER

Arbitre : M. Hansen

Cartes jaunes : Hendricks

Buts : Lemaire (22’, 1-0) – Dewez (73’, 2-0) –

Stavelot : Da Silva – Mathieu – Baikrich – Baar – Lemaire (67’ Breuer) – Schmitz – Winand – Fontaine (75’ Fransolet) – Dewez (80’ Legros) – Leonard - Wathelet

Xhoffraix : Delforges  – Warland – Fabbri – Meurice – Cahay (60’ Aguilar) – Wansart (73’ Brühl) Hardy – Manu Ghidini – Hendricks – Marlet – Regnier –

Supérieur dans le jeu, les Xhoffurlains se sont heurtés à un excellent Da Silva. Stavelot s’impose finalement et a pratiquement assuré son maintien en 2e.

Cette confrontation entre les pensionnaires de l’élite provinciale était importante pour le maintien en 2e, et le public l’avait compris. Après avoir vu passer furtivement le peloton de Liège-Bastogne-Liège, il s’est rendu assez nombreux au Pré-Messire. Les Xhoffurlains mettent rapidement fin au round d’observation : peu après le coup d’envoi, Marlet lance Hardy qui, en excellente position devant le but local, ajuste mal son tir. Il faut attendre le quart d’heure pour voir la première occasion stavelotaine : le tir croisé de Schmitz est détourné par le keeper. Sur l’action suivante, Lemaire récupère un ballon à l’entrée du grand rectangle et décoche un tir qui laisse sans réaction Delforges, surpris par la trajectoire du ballon.

   Stavelot mène donc contre le cours du jeu et bien près de doubler la mise : Léonard profite d’une perte de balle de Fabbri pour se présenter seul devant le gardien qui est tout heureux de voir le ballon heurter le piquet. La fin du premier time est moins rythmée, hormis une belle opportunité de Hardy et un excellent coup-franc de Ghidini, tous deux détournés par un Da Sylva impérial.

      Pression stérile de Xhoffraix

  On s’attend à vivre la deuxième période dans un seul camp. Cela se vérifie mais dans les premières minutes seulement : alerté par un tir de Fabbri qui rase la transversale, Da Silva intervient d’un miraculeux réflexe de la main sur un coup-franc de Ghidini. De l’autre côté, Léonard déboule vers le but, croise son tir…               Tout le monde croit au 2-0 mais le ballon termine sa course juste à côté du but. Ce n’est que partie remise : après une volée croisée de Schmitz, Winand sert Dewez sur un plateau. Malgré ce nouveau coup sur la tête, les Xhoffurlains ont le mérite de faire illusion durant ce dernier quart d’heure. C’est …Baar qui a failli relancer cette fin de partie : le coup-franc à ras de terre de Meurice semble sans danger mais le défenseur stavelotain dévie le ballon sur sa propre transversale.

 

La victoire de la volonté

« Albert Delvaux, le président de Stavelot ne pouvait cacher sa joie à l’issue de la rencontre : C’est la victoire de la volonté : les joueurs sont allés chercher ces trois points avec leurs tripes. Nous n’avons pas la qualité du noyau d’ Xhoffraix, mais nous avons compensé cela par notre caractère. » Albert ne tarissait pas d’éloges envers son coach, Jean-Marie Chauveheid : « C’est un super entraîneur : franchement, je lui tire mon chapeau, notamment pour tous ses choix tactiques. C’est un coach d’exception. »

Manque de réussite

Le ton était évidemment moins à la fête dans les vestiaires de Xhoffraix. François Hendricks était conscient d’être passé une nouvelle fois à côté de l’occasion de se rassurer : « Sans avoir été très dangereux, nous avons passé nonante pourcent de la rencontre dans le camp de Stavelot. Beaucoup de ballon ont trainé dans leur rectangle, mais il manquait chaque fois quelqu’un pour mettre le pied et pousser ou dévier le ballon dans le fond du but. Nos adversaires ne sont quant à eux sortis que trois ou quatre fois, mais ils ont eu un maximum de réussite. »

                                                                                                                              DV

 

Laissez un commentaire

Veuillez remplir tous les champs obligatoires (*) svp !

statfoot.be | Website by Siteweb-Service